Actualités

Attention ! Dérive utilisation réseaux sociaux ...

Par Barbara Rozen, publié le mardi 24 novembre 2020 22:26 - Mis à jour le mercredi 25 novembre 2020 18:32
social-media-1432937_960_720.webp

Madame, Monsieur,

Des dérives quant à l’utilisation des réseaux sociaux ont été relevées au collège.

Les réseaux sociaux permettent d'échanger des messages mais certains se servent de ces outils de communication pour insulter leurs contacts ou pour leur envoyer des photos obscènes.

Ils  présentent aussi des risques pour les adolescents, qui traversent une période de fragilité.

Pour information, un adolescent sur trois est victime de messages insultants ou haineux sur internet ; 80 % des élèves sont  inscrits sur Snapchat avec une fausse date d’anniversaire.

Les parents ont un rôle à jouer : il est important de dialoguer avec ses enfants au sujet de leurs activités sur Internet au sens large et de les  prévenir des dangers de celles-ci.

Ces échanges réguliers seront la meilleure prévention en cas de problèmes. Car un enfant qui pense que son père ou sa mère lui confisquera son téléphone portable dès qu’un danger sera identifié ne se confiera pas. En revanche, s’il les sait bienveillants et ouverts, il les avertira en cas de cyberharcèlement par exemple.

Quelques rappels :  

- Conserver ou prendre en photo ou vidéo une personne dans un lieu privé sans son consentement est puni d'un an de prison et 45 000 euros d'amende

- Publier l'image ou le montage d'une personne sans son consentement est puni d'un an de prison et 15 000 euros d'amende

- Si ces images servent de support afin d'ajouter des commentaires malveillants et si ces faits perdurent dans le temps, les mise en causes pourront faire l'objet de poursuite judiciaire pour du Cyber-harcèlement. (18mois de prison et 7500 euros d 'amende).

Les  parents peuvent  être tenus pour responsables du comportement de leurs enfants et être condamnés à payer les divers frais engagés par la victime (avocat, médecin, examen psychologique ou physique...). Le procureur peut décider d'un Rappel à la loi (mentionné sur le casier judiciaire) ou d'une orientation vers une structure médicale ou éducative.

Comptant sur votre vigilance,

Cordialement,

 

La Principale

Mme ROZEN